CEDES

Simulation de l'orgasme

L'actualité du 18 juin 2009

La simulation de l'orgasme consiste à imiter le comportement d'une personne qui obtient un orgasme par des cris, une respiration plus forte, des spasmes ou des tensions musculaires dans le but de ne pas décevoir son ou sa partenaire.

Simulation de l'orgasme chez la femme

On a tendance à supposer que les femmes qui simulent ont toujours existé. Mais bien qu'il soit difficile d'établir une période précise, cette pratique est relativement récente. Dans le passé, la gente masculine ne portait que peu d'attention à leur partenaire. Il n'y avait donc pas d'utilité à simuler un quelconque plaisir. La simulation est venue plus tard, à partir du moment où les hommes mirent un point d'honneur à faire jouir leur partenaire.

On peut distinguer trois types de simulatrices. La première est une femme qui n'a jamais d'orgasme (anorgasmie primaire). Elle peut ressentir du plaisir mais n'arrive pas à ce point culminant. Dans la plupart des cas, elle n'en comprend pas la cause. Elle n'ose pas en parler à son partenaire car elle peut en avoir honte ou ne pas se sentir à la hauteur. De plus, étant généralement consciente que ce problème provient d'un blocage psychologique, elle préfère l'occulter en pensant que cela se résoudra avec le temps. Elle trouve donc plus simple de simuler.

La seconde est une femme qui a des difficultés à atteindre l'orgasme. Cela peut survenir pour de multiples raisons comme un manque de sensibilité, des préliminaires trop courts, un manque de lubrification, des douleurs, un partenaire maladroit ou tout simplement parce qu'elle est préoccupée, ou stressée. Elle se sert alors de la simulation pour s'auto-stimuler et se mettre dans un état d'esprit favorable au déclenchement d'un orgasme. C'est en quelque sorte une manière pour elle de lancer la machine.

La troisième est une femme qui fait l'amour pour faire plaisir. Elle peut être fatiguée ou ne pas avoir la tête à ça et devant l'insistance de son partenaire accepte d'avoir un rapport en pensant parfois que l'excitation viendra sur le moment. Devant un partenaire qui met un point d'honneur à ce qu'elle ait un orgasme, elle simule pour écourter au maximum le rapport.

Simulation de l'orgasme chez l'homme

Beaucoup de femmes pensent à tort que la simulation de l'orgasme est quelque chose de typiquement féminin. Cela provient en grande partie de l'idée reçue qu'un homme est incapable de simuler un orgasme. Non pas qu'ils soient de piètres comédiens, mais l'éjaculation reste un élément évocateur de l'orgasme masculin.

Pourtant l'homme aussi simule l'orgasme et avec autant de succès qu'une femme, d'autant plus qu'elle a moins de raisons de s'en douter. Déjà, il faut savoir que l'homme peut avoir une éjaculation sans nécessairement avoir un orgasme. A partir du moment où on sait cela, on comprend mieux qu'un homme puisse donner l'impression d'avoir du plaisir sans que cela ne soit le cas.

Pour les hommes, il y a également trois types de simulateurs. Il y a celui qui se sent obligé de satisfaire sa partenaire. Il est fatigué ou stressé et malgré l'excitation, n'arrive pas à atteindre l'orgasme. Il fait donc semblant en prétextant qu'il a moins éjaculé que d'habitude par exemple. Tout prétexte est bon pour ne pas afficher des piètres performances sexuelles ou un signe de faiblesse.

Le second type concerne certains hommes qui sont incapables d'éjaculer dans le vagin d'une femme. Il peut s'agir d'un problème lié à une habitude de masturbation. Si celle-ci est trop violente ou nécessite une pression importante sur le pénis pour éjaculer, le va-et-vient dans le vagin n'est pas suffisant. Il peut s'agir également d'un problème psychologique. L'homme est dans ce cas incapable d'éjaculer dans ou sur sa partenaire au risque de la souiller.

Le troisième type qui est assez récent et qui devient de plus en plus fréquent, concerne les hommes qui font l'amour pour faire plaisir à leur partenaire. Cette catégorie a pris peu à peu naissance vers les années 1980 et est en constante augmentation depuis. Elle découle des modifications qui ont lieu dans la société. La femme est plus indépendante financièrement, a apprivoisé son plaisir et n'hésite pas à changer de partenaire si elle n'est pas satisfaite sexuellement. Pour éviter cela, certains hommes, sous la pression, s'obligent à faire l'amour même quand ils ne le désirent pas pour combler les besoins sexuels de leur compagne. Ce comportement existe également chez les couples homosexuels.

 

Références : Roomantic - la sexualité au féminin


Retour aux News